André Gorz

André Gorz est l’un des intellectuels les plus stimulants du XXe siècle. Disciple de Sartre, très influencé par Ivan Illich, il fut tout à la fois journaliste engagé, critique économique, penseur de l’autonomie et pionnier de l’écologie politique en France.

André Gorz et Doreen, sa compagne pour qui il a écrit Lettre à D.

Auteur d’une magnifique lettre d’amour

Né en Autriche, André Gorz a passé la majeure partie de sa vie à Paris avant de s’installer dans l’Aube, à Vosnon. C’est dans ce petit village du Pays d’Othe qu’il a écrit son livre le plus célèbre, Lettre à D., adressé à sa femme.

Tu viens juste d’avoir quatre-vingt-deux ans. Tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Récemment je suis retombé amoureux de toi une nouvelle fois et je porte de nouveau en moi un vide dévorant que ne comble que ton corps serré contre le mien. La nuit je vois parfois la silhouette d’un homme qui, sur une route vide et dans un paysage désert, marche derrière un corbillard. Je suis cet homme. C’est toi que le corbillard emporte. Je ne veux pas assister à ta crémation ; je ne veux pas recevoir un bocal avec tes cendres. (…) je me réveille. Je guette ton souffle, ma main t’effleure. Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l’autre.

Lettre à D., André Gorz.

Intellectuel engagé et éclairant

Gorz est avant tout un intellectuel engagé. Dès les années 70, il s’est attaqué aux problèmes sociaux et environnementaux soulevés par la rationalité économique en se distinguant, d’emblée, de l’environnementalisme. Aux normes de dépollutions, taxes carbones, ou autres mesures venues du haut, André Gorz a toujours préféré une écologie politique : pour lui, la défense de la nature passait par une meilleure compréhension de notre vie, de nos actes et du fonctionnement de notre société.
Il voulait réduire la sphère marchande dans nos vies et développer les activités autonomes en tout genre (artistiques, productions artisanales, jardinage, bricolage, etc.). Il prônait la création d’ateliers et de services publics dans tous les villages et dans tous les quartiers, l’utilisation de techniques ouvertes (que chacun peut maîtriser) et bien d’autres choses.

Aujourd’hui plus que jamais, la pensée gorzienne nous est nécessaire. La richesse et l’étendue de ses idées ne peuvent être développées ici ; rappelons seulement qu’aujourd’hui plus que jamais, la pensée gorzienne nous est nécessaire. Pourtant, ses idées si visionnaires, ses anticipations si précises – telles la crise financière mondiale de 2008 ou la fin du plein emploi – peinent à trouver l’écho qu’elles méritent dans notre réflexion sociale et politique.

Scroll to Top